002

 

 

Quel est donc le bien propre à l’homme vertueux ?

C’est d’aimer et d’accueillir ce qui lui arrive,tout ce qui forme la trame de sa destinée ;

c’est de ne pas souiller le génie qui habite dans sa poitrine, de ne pas se laisser troubler par la foule des impressions sensibles, mais de demeurer serein, modestement soumis à Dieu, sans jamais rien dire contre la vérité, sans jamais rien faire contre la justice.

En vain, tous les hommes se défient de lui parce que son existence est simple, pudique, tranquille ;

il ne s’indigne contre personne et ne se détourne pas de la route qui le conduit au terme de la vie, vers lequel nous devons nous avancer purs, calmes, détachés de tout, en libre accord avec notre destinée. 

 

Marc aurele livre III