SHANKARASADHANA

28 juillet 2022

Un peu de poésie

 

 

 

20190916_101346

 

Cliquez sur le lien 

au_bord_du_canal

poésie de et lue par

Mireille Bertrand

Posté par SHANKARASADHANA à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juillet 2022

Recours aux forets Michel Onfray

 

bruyere

Je quitte ce monde en restant dans ce monde.

Je recours aux forets

je vais dans ma cabane, au fond de mon jardin.

Car je sais pouvoir y trouver de meilleures compagnies que celles des hommes.

J'y vais pour y vivre en paix avec moi-même

donc avec le monde

avec mes ruches

mes fleurs

le ciel au dessus de ma tête,

la voûte étoilée la nuit

la terre sous mes pieds

la rivière qui coule en contrebas de mon jardin.

J'irai y voir les poissons lutter mollement contre le courant.

Dès l'aube j'irai regarder sa couleur sur les reflets de l'eau.

 

Je veux vivre avec le chant des pigeons sur le toit à coté

avec le cri des hirondelles revenues

avec le chant des grenouilles

celui des crapauds, la nuit.

 

Je veux entendre le vent dans les tilleuls la fenêtre ouverte en été

sentir le parfum séminal des fleurs ;

 Je veux sentir le soleil sur ma peau, la lumière dans mon âme.

 

Je veux la brise et la bise, la pluie et l'ondée,

la brume et le brouillard sur mon visage.

 

Je veux sentir la terre

son odeur après l'orage

son parfum de tombe à venir;

  

Michel Onfray le recours aux forets

Posté par SHANKARASADHANA à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2022

Réflexion sur la vie!

 

11816988_10206366892962566_3954046072789516331_n

 

 

La vie est composée d'êtres différents génétiquement et psychologiquement ; pour moi notre façon de penser est également différente .

Je me sens imbibée naturellement de spiritualité et plus particulièrement de Dieu depuis mon enfance, comme Obélix tombée dans le chaudron Divin, j'aime partager ce qui m'a fait grandir ! le prêtre qui m' enseignait dans ma jeunesse m'a laissé une empreinte : sa manière de vivre et de pratiquer « aimez votre prochain comme vous même »

Aujourd'hui, je constate dans les retraites que de nombreuses personnes , nient Dieu, refusent même de prononcer le nom qui les fait souffrir ; de toute évidence , je sens que ça fait mal ; mal aux souvenirs, à l' enfance, à l ' éducation ; Dieu est rejeté à cause de la religion et beaucoup se disent athées.

Combien de fois ai- je ressenti auprès de ces personnes, quelque chose de grand, de profond qui les habite............Quelque chose qui vibre en eux au point de me toucher .

 

qu'est ce qui les habite ??

Qui sait si ce quelque chose n' est pas Dieu , appelé »le Soi «  par les hindous.

 

Alors quand j'ai entendu les paroles de Dabadie, la première fois, j'ai été émue, car elles parlent , crient même l'amour de la vie ! Bien que nous soyons tous appelé à mourir ! On peut aimer la vie , le crier et la vivre surtout ; bien sûr elle n'est pas sans difficultés, sans soucis, sans embûches, sans malheurs et pourtant comme disait Etty Hillysum, déportée en 1940 « Je trouve que la vie est belle » .

nos difficultés résident souvent dans la communication avec les autres, à aller à leur rencontre.

Comment rentrer en contact avec nos semblables  ???

 St Exupéry , dans son magnifique Petit Prince, nous donne quelques

clés, qui semblent s'adresser aux enfants,

oui , à l' enfant qui est encore vivace en nous !

Rentrer en amitié avec quelqu'un est plus difficile qu'il n'y paraît ,

surtout dans ce monde contemporain, où le virtuel remplace les vraies rencontres, en chair et en os et les vrais dialogues .

Et pourtant ! quelle joie de rencontrer et de découvrir un être nouveau ; se rencontrer, c'est se dévoiler, se montrer tel qu'on est sans chercher à plaire ou déplaire, être soi-même, un peu comme si nous étions sous un projecteur ; c'est écouter, et entendre l'autre, sans mettre un film protecteur ou le voile de l'illusion............ regardons, les tous jeunes enfants, ils savent être et dire spontanément les choses jusqu'à ce les parents les reprennent ou leur disent que ça ne se fait pas .

La vie pullule de maîtres ordinaires, même sous des apparences non attirantes quelques fois, mais d'une richesse indescriptible si on sait les reconnaître !

 

Accueillons la vie sous toutes ses formes, et laissons nous toucher au plus profond de nous, et après un long cheminement , à coup sur , nous trouverons, la Joie, la vraie, celle qu'on appelle Ananda , la Félicité, la Béatitude !

Celle qui émane sur les visages des sages de l'Inde telle que Ma Anandamayi ou Ramdas !

Mireille Bertrand

 

 

 

Posté par SHANKARASADHANA à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2022

Yoga discipline spirituelle: cours

 

bougie coeur

 

 

Une nouvelle page facebook  a été créée pour parler et transmettre le yoga.
J'ai  découvert  le yoga voilà 20 ans, et depuis c'est ma raison de vivre.
J'enseigne ce que m'ont appris mes professeurs pendant 4 ans, nourris de l'Inde et aussi ce que l'expérience m'a appris.
J'aime enseigner et comme le disait le Maître BKS Iyengar
« je ne prendrai jamais ma retraite d'enseignante yoga » C'est une vocation..
Le yoga est une science globale qui , grâce à diverses pratiques, fait travailler tout notre être.
Je propose chez moi un yoga personnalisé qui , après l'écoute de la personne, implique introspection, pratique posturale et respiratoire qui harmoniseront le corps et l'esprit .
le tarif ou forfait est adapté à la situation de chacun,
 
N'hésitez pas à m'appeler , les échanges sont toujours fructueux.
Voir  sur ma nouvelle page "Yoga à Apremont sur Allier"

"L'amour est ma loi, la vérité est mon combat."

"Afin de retrouver sa véritable réalité d'être, l'homme, s'il le souhaite, doit se tourner vers une discipline rigoureuse, morale, physique et spirituelle." 
Shri Mahesh 

 

 

Posté par SHANKARASADHANA à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2022

A mes élèves de yoga

 

 

coeurs-magiques-58350480

 

 

Chères élèves de yoga

 

Quelque soit votre chemin, il n'y a pas de miracles

c'est le résultat de vos actes et de vos pratiques de yoga ; de vos efforts, de votre persévérance . 

Apprenez à vous regarder avec honnêteté, à vous comprendre,

voyez ce qui bloque en vous , voyez vos faiblesses, votre paresse sans culpabilité, voyez et accepter votre vulnérabilité, vos limites physiques et intellectuelles, accepter aussi votre potentiel, même si une petite voix  intérieure vous dénigre.

Voyez vos difficultés à lâcher l'inutile, le superflu .

lâchez les certitudes, les concepts, accueillez le nouveau dans votre vie, même si cela vous dérange .

Et laissez vous toujours surprendre par la vie .

Et surtout, surtout aimez les autres,

donnez du temps pour eux, une présence dans l'affliction, ou dans la joie.

 

Et n'attendez rien, de personne,

personne ne nous doit rien

c'est le cœur qui donne à la vie !

Mireille Bertrand 

 

 

Posté par SHANKARASADHANA à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 mai 2022

Croire aux forces de l'esprit

 

20210309_115242

                                              Mont Beuvray 

et non aux apparences...

 

 Un jour,  j'exprimais un ressenti négatif à une élève sur un homme politique,

qui venait beaucoup dans la Nièvre, et dont l'opinion de ma mère m' avait influencée ; elle  avait laissé une empreinte négative en moi....

 

J'ai appris depuis longtemps à me remettre en question et à regarder différemment...alors, j'achète le livre "Croire aux forces de l'Esprit" écrit par Marie de Hennezel

 

« Aujourd’hui, j’ai pris du recul dit Marie de Hennezel et je me sens libre de raconter. Tant de pages ont été consacrées à François Mitterrand ! Pourtant, les années passant, j’ai constaté que l’on a bien peu évoqué la dimension que j’aborde dans ce livre, la curiosité spirituelle de l’homme, son intériorité.

Elle a donc décidé de dévoiler cette face peu connue du président.


« Je m’applique donc ici à copier les contours de sa personnalité, telle que l’ai perçue, en ce temps-là. Il est des rencontres qui nous dépassent. Ma rencontre avec François Mitterrand s’inscrit parmi elles. Rien ne pouvait me laisser prévoir l’intensité du choc éprouvé lors de notre premier contact. Rien, en effet, car le personnage public entrevu dans les médias m’avait toujours laissée dans une sorte d’indifférence."

 

-Parlez moi encore de Maurice Zundel dit François Miterrand

-le problème n'est pas de savoir où nous irons après la mort, mais si nous sommes vivants avant la mort ».

  • Elle dit qu'elle est devenue un pont entre l'invisible et lui. Il lui récite un extrait des contemplations de Victor Hugo :

  • «  Mon âme oh mon âme, il faudrait pour traverser ce gouffre où nul bord n’apparaît..bâtir un pont géant sur des milliers d'arches. »

Que savons nous de la puissance de la prière lui demande t-il ? S' il n'est pas croyant au sens que l'on donne à ce terme, il se reconnaît proche de l'esprit mystique.

Il explique à Marie « que tant que les humains n'auront pas dépassé les clivages religieux, il y aura d'un coté les croyants de l'autre les non croyants, les laïcs..La religion divise, la spiritualité rassemble car ces derniers ont une communauté d'intériorité ….la vraie laïcité c'est l'intériorité »

 

 

Quelle réflexion juste. Au fil de ma lecture , je m'aperçois que cet homme intelligent qui avait su utiliser les mots, pour convaincre en politique ou manipuler, se servait aussi de son intelligence pour se poser des questions sur la vie de l'esprit.

 

- « quand vous parlez de l'énergie dit il, vous parlez de quoi au juste , de l'énergie cosmique, d'une 'énergie spirituelle, c'est quoi l'énergie ? C'est compliqué, hein de nommer ce que nous sentons ! Cette onde qui nous traverse, cette présence que nous sentons dans des lieux où souffle l'esprit.

- en Inde on parle de prana, répond Marie chez nous ce mot banal »énergie », personnellement je parle des forces de l'esprit.

 

 

20210309_121305

 

Un jour, il revenait de Bibracte où il avait inauguré le site archéologique du Mont Beuvray, dans le Morvan. .. "Dans mon discours dit-il, j'ai évoqué ces lieux où souffle l'esprit.N'est ce pas quand on gravit les pentes du Mont Beuvray et que l'on contemple le paysage embrumé, qu'on éprouve un sentiments de s'approcher de quelques mystère, celui des puissances de la terre ? J'ai voulu ce site car ici c'est joué le 1er acte de notre histoire.Nous y avons nos racines.Il faut que les gens sachent que Bibracte est un des hauts lieux de la civilisation celtique qui a rayonné jusqu'à la conquête des Romains"

Il aimait aussi cet endroit où il aurait voulu être enterré, et cela lui a été refusé.

 

Il parle de sa lecture du livre d'Etty Hillisum"Une vie boulversée"

-"j'ai noté dit François Mitterand cette manière de dire. Cela transcende les discours religieux. Elle explique que le travail qu'elle fait , d'autres n'auront pas à le faire, comment comprenez vous ce qui est presque christique cela, non, ce sentiment qu'en vivant son destin, en l'acceptant, elle va en quelques sortes sauver les autres..

 

Ils se rendent un jour à Fangalas,dans le gard, pour découvrir une pierre celte dont lui avait parlé Marie..Peu de gens savent que les celtes se sont aventurés dans les Cévennes la garrigue est truffée de mégalithes et de dolmens.Celui de Marie est de taille plus modeste, c'est une pierre cachée, intime secrète..

"allons sentir son énergie" dit le président

 

Ses mains posées sur la pierre, les yeux fermés, le visage concentré, comme s'il se rechargeait à ce que les celtes considéraient sans doutes comme des bornes d'énergie .

Des antennes reliant les énergies telluriques et cosmiques ;

-vous savez ce que je pense dit le président :

"Les hommes politiques devraient passer plus de temps en silence, dans des lieux chargés d'énergie, ils devraient toucher les dolmens , les pierres levées, cela leur communiquerait une solidité tranquille."

 

Merci, amie de m'avoir permis d'aller au delà des apparences.

Mireille Bertrand

 

 

Posté par SHANKARASADHANA à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2022

Quand les hommes vivront d'amour

 

 

 

 

En écoutant Fabienne Thibault  chanter cette  magnifique et poignante chanson de Félix Leclerc.Les larmes coulaient de mon coeur, et j'ai écrit :

 

Si les hommes vivaient d'amour,

comme des frères, comme des sœurs

nous n'aurions plus de peine au cœur

en voyant les morts sur notre écran .

 

Les hommes, depuis la nuit des temps

tuent, violent , pillent

pour qui , pour quoi ?

Réfléchissez à ces désastres

inutiles et violents

et arrêter ce carnage

qui dure depuis des siècles.

 

A chaque guerre, meurent les enfants

et les femmes torturées et violées,

ca n'est pas chez nous,

mais aux portes de nos maisons !

demain peut être !

Pensons Paix,

Respirons Paix

Chantons Paix

Prions Paix

pour que la paix émane de chacun de nous

et qu'elle brûle à jamais

la haine et la violence !

 

Mireille Bertrand

chaine humaine

 

Posté par SHANKARASADHANA à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2022

Jean d'Ormesson hommage et paroles

1273998-jean-d-ormesson-en-mai-2015

 

P1070012

 

Jean Lefèvre d'Ormesson, comte d'Ormesson, appelé couramment Jean d'Ormesson, parfois surnommé Jean d'O, est écrivain,journaliste et  philosophe français  né le  16 juin 1925 à Paris et mort le 5 décembre 2017 à Neuilly sur Marne (hauts de seine) 

Membre de la famille Lefevre d'Ormesson , une des familles subsistantes de la noblesse fançaise, propriétaire du  chateau d'Ormesson dans la val de marne ;  il descend par sa mère de la famille Lepeletier de Saint-Fargeau, propriétaire du chateau de Saint Fargeau dans l'Yonne ( en photo) 

                                                   -&-&-&-&-&-&-&

"Plessis-lez-Vaudreuil !... Seigneur !... Vous rappelez-vous ?... C'était un autre nom du paradis avant le déluge de fer et de feu qui a tout emporté. Nous ne doutions de rien, et surtout pas de nous-mêmes. Nous ne voyions pas plus loin que notre vieux jardin qui était un parc immense dont les tours, les bosquets, les bancs à l'ombre des tilleuls, les allées entretenues avec soin, les plates-bandes de pensées et de bégonias, les murailles formidables ne prêtaient pas à rire. Dieu se chargeait de tout – et il nous avait à la bonne. Les choses étaient ce qu'elles étaient et ce qu'elles devaient être. Il y avait une vérité et il y avait une justice. Et, depuis des temps à peu près immémoriaux, elles nous avaient faits ce que nous étions."

 

L'argent tombe sur le monde, comme une vérole sur le pauvre peuple, bien après la pensée, bien après l'émotion, le cri, le rire, la parole, et après l'écriture. Maintenant qu'il est là, et bien là, il est difficile de s'en passer. Sa suppression entraînerait des souffrances plus grandes que ses excès. Qu'on le veuille ou non, il est devenu une espèce de malédiction âprement recherchée. Poussons le bouchon un peu loin : il est la forme prise par le mal pour se faire adorer. L'argent, écrit Cioran, a ruiné le monde. Pendant des milliards d'années, il n'y a pas de mal dans l'univers. Le mal naît avec la pensée. Il prospère avec l'argent.

"Le drame de la vérité se jout entre le monde et moi. Je disparaîtrai. Mais après moi, il y aura vous. La marche de l'histoire se poursuivra parce qu'il y aura d'autres moi, qui s'appelent vous et nous, pour penser le monde et pour le recréer."

"Nous ne savons pas pourquoi nous avons été jetés dans le temps. Et nous ne savons pas ce qui nous attend après notre passage dans ce temps. Rien, peut-être ? C'est possible. Le secret est bien gardé."

 

Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit de Jean D'Ormesson

 

“Je ne regrette ni d'être venu ni de devoir repartir vers quelque chose d'inconnu dont personne, grâce à Dieu, n'a jamais pu rien savoir. J'ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. J'ai eu de la chance. Merci. J'ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Pensez à moi de temps en temps. Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus là. C'est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu'il m'a donné - comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté - ce qu'il y a eu de meilleur de toute éternité : la vie d'un homme parmi les autres.

Jean d'Ormesson Qu'ai-je donc fait (2008)

Mes pensées de Poyaudine, originaire de St Amand en Puisaye, m'ont rapprochées de cet écrivain que j'apprécie beaucoup.Il a dit à une amie , qui venait lors d' une dédicace et dont la famille habitait St Amand:"Je me lève pour vous embrasser. Il regrettait de ne plus pouvoir venir dans sa chère Puisaye.."

Un homme d'esprit et de coeur!

 

Mireille Bertrand

 

Posté par SHANKARASADHANA à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2022

L'Inconnu

 

 

 

 

 

156411458_2119717654827680_6323928026150844586_n

« Les gens ont tendance a endurer le connu plutôt

que de se lancer dans l'inconnu. » écrit Satya Narayana das.

 

Pourquoi avons -nous peur de l'inconnu ?

 

L'homme du 19è siècle a découvert le progrès,

une idée moderne qui s'oppose à la stabilité qui

dominait dans le passé.

« Progresser, action d' avancer » dit-on

on  a découvert les machines, les trains, les voitures, les objets

ménagers qui ont soulagé les taches des femmes et tant et tant.

 

L'homme ne s'est t il pas laissé prendre

au piège de ce confort matériel ?

Ce confort nous a donner davantage de temps libre,

qu'en faisons nous ? Sommes nous heureux !

 

Que faisons nous de nos vies,

que cherchons nous,

Savons qui nous sommes sous notre enveloppe corporel,

dans notre psyché ?

Qui ose aller à sa recherche

en marchant vers l'Inconnu ?

Allez au devant de ce qu'on ne connaît pas,

n'est ce pas ce qui nous est arrivé en naissant ?

Une force de vie nous poussait, soit,

mais que savions nous de ce qui nous attendait.

Rien,

ni plus ni moins ce qui nous arrivera après la mort.

Mon vieux curé disait : « la vie est un mystère »

Au delà de ce que nous disent les journaux, les infos,

les livres de sciences ou internet,

que savons nous de cette vie ?

qu'avons nous découvert par nous mêmes,

depuis notre naissance ?

 

Quitter les sentiers balisés pour nous découvrir.

Voila bien la seule chose importante .

Non pas envahir un pays pour le conquérir,

mais envahir notre pays intérieur pour nous connaître.

 

 Bien sur , vous me direz que l'homme

a conquis la terre, les mers et l'espace .

Sont ils nombreux ces hommes aventureux.

Mais qu' est l' homme,

pusillanime ou courageux ?

Qui suis je se questionnent les sages.

Est il venu pour crouler dans un immobilisme

quotidien ou pour se battre pour de l'argent.

 

Une histoire hindoue raconte qu'il fut un temps

où tous les hommes furent des dieux.

Ils en abusèrent et Brahma décida de leur ôter

leur pouvoir divin et de le cacher.

La seule cachette où l'homme n'irait pas le chercher

c'est en lui.

 

Rien de changer !

Apprendre à nous connaître,

demande une âme de conquérant.

Nous devons abandonner nos certitudes, celles des autres,

notre éducation, notre savoir construit sur des peurs ;

et puis avancer dans une foret vierge

non pas à défricher , mais à traverser.

Chaque pas va rencontrer un obstacle,

que nous finirons par franchir ,

jusqu'à ce que la confiance vienne,

l'enthousiasme , qui fera de cette recherche

une aventure humaine et solitaire

mais extraordinaire.

 

Soyons comme l'enfant qui sait chercher,

observer par lui même, questionner:Pourquoi, et encore  pourquoi !

l'enfant qui sait accueillir un autre enfant

quelque soit sa couleur de peau, sa langue.

Généralement une personne venant d'un pays inconnu,

fait peur.

 

Allons à la rencontre

de nos terres intérieures

de personnes nouvelles

d'activités nouvelles,

Notre âme a soif d'autres horizons.

 

Peu à peu, au fil des ans,

le Soi dissimulé par tous nos attachements

se révélera dans toute sa brillance !

Mireille Bertrand

 

 

 

Posté par SHANKARASADHANA à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2022

Tout passe tout lasse

 

 

20190420_180512

 

 

 

Tout passe, tout lasse

trop de diversités sur internet

on  zappe à droite, à gauche..

enfin , peu de visite depuis la création

mes poèmes n'intéressent personne.

"Ca ne se lit plus" me dit-on.

 

Pourtant , dans mon cœur coule une poésie

à longueur de journée,

vers vos âmes perdues

dans notre monde matérialiste.

L'être humain semble ne pas avoir de place

l'être humain semble  être en survie .

les poésies n'existent elles  pas  que pour nous.

Connecté, l'espace d'une seconde

à ce tout qui nous entoure

cet invisible  fait pétiller nos yeux

de temps à autre,

afin de continuer notre chemin,

 un chemin rempli d'amour,

rayonnant l'amour,

jusqu'à la fin des temps.



MIREILLE « Tout passe, tout lasse »

Posté par SHANKARASADHANA à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]