La leçon de vie de Soeur Emmanuelle

 

J'ai eu la chance d'entendre Soeur Emmanuelle, dans les années 1990  lors d'une conférence dans le Loiret , et ce n'est pas la religieuse qui m'a impressionnée, mais la femme; cette femme de 82 ans à cette époque, qui parcourait l'europe pour trouver des fonds, pour les chiffonniers du Caire avait une énergie impressionnante.

Elle était partie en Egypte , pour s'occuper d'eux, à 'âge où nous étions en retraite en France.

"C'est à vous que je m'adresse, jeunes de France et d'Europe, écrivait-elle, vous l'espoir de ce nouveau siècle prêt à éclore. Vieille femme de quatre-vingt-huit ans, j'ai vu le siècle dernier se terminer, j'ai été appelée dans les cinq continents pour répondre aux drames de la misère, de la violence et de la guerre, là où l'homme est un loup pour l'homme. Mais, partout, j'ai rencontré des jeunes, fonceurs, éclatants de dynamisme; ils ne s'avouaient jamais battus, quelle que soit l'horreur des tragédies. Bien au contraire, elles paraissaient faire naître en eux un esprit de bataille et d'inventivité."

 

Ce qui la frappait le plus quand elle venait en Europe, c'est nos regards de tristesse, de morosité....on possédait  tout le matériel que les chiffonniers n'avaient pas , et pourtant, nous sommes pas heureux.

"J'avais quitté l'Europe en 1931 et j'ignorais que l'on y avait oublié la gaieté et la légèreté. J'avais connu en Turquie au Liban ou dans cette Egypte si misérable de tels moments de bonheur! Je ne savais pas encore que l'Europe était morose et grise. Ces jeunes arrivés mornes et désemparés avaient appris à donner et à sourire. Même dans un pays où la misère et la précarité régnaient, avec une nourriture faite de haricots et les demeures en vieux bidons, les gens savaient danser et chanter. Ces jeunes Européens partaient en riant, car ils avaient rencontré la solidarité, et compris la relativité des situations."

"Le véritable amour, solide,durable,est celui qui cherche le bonheur des autres en même temps que son propre bonheur."

 

L'amour vrai est celui qui nous révèle à nous-même, dans la relation  avec l'autre , quelle qu'elle soit....

Difficile le chemin de l'Amour inconditionnel...c'est le but de toute notre vie...sur ce chemin, on se dépouille sans cesse, de nos fardeaux, mais également  de notre vanité, notre arrogance, notre égo, notre jalousie,  notre pussilanimité....et ce dépouillement se fait grace à nos expériences, nombreuses et souvent douloureuses...

Jadis, je disais je veux vivre en paix...

Dans ce monde difficile, la paix est le fruit de notre intériorité...Rien n'est jamais gagné d'avance et définitivement...la vie nous joue des tours (la lila en Inde) et il nous semble que tout est remis en question d'un coup...

Et là nous devons nous remettre au travail,  aiguiser notre Foi, et nous élever encore plus haut.. 

« On ne possède pas le bonheur comme une acquisition définitive.

Il s'agit à chaque instant de faire jaillir une étincelle de joie.

Ne l'oublions pas : "Souris au monde et le monde te sourira." »

Belle femme, honnête dans ses écrits ou ses interviews, pétillante de vie..

Elle fait partie de mes phares sur mon chemin de  vie.

Avec toute ma gratitude.

Reposez en Paix.

mireille@